ACCUEIL PEINTURES TEXTES

L’ARTISTE EXPOSITIONS ET PROJETS PHOTOS
   
 



 Je pense que la couleur n’a pas encore déployé toute sa sensualité, tout son potentiel révolutionnaire et subversif dans la peinture, où elle a longtemps été contrôlée, codée, limitée. Pour Charles Blanc* , elle joue dans l’art un rôle féminin, et doit être soumise au dessin - qu’il qualifie de masculin - comme le sentiment doit être soumis à la raison : sinon, la peinture serait "perdue par la couleur, comme l’humanité fut perdue par Eve".
Ma peinture est-elle "perdue", ou au contraire magnifiée, transcendée, révolutionnée par la couleur qui y tient la première place ? A vous de prendre le risque de croquer dans le fruit défendu et délicieux de la couleur en poursuivant votre visite !

* Grammaire des arts du dessin (1867).